La SCABB constructeur de maisons RT2012

Le principe de la nouvelle Réglementation Thermique 2012

En tant que constructeur de maison individuelle ouvrant dans l’Allier, le Puy de Dôme et la Saône et Loire, SCABB s’applique à suivre de près toutes les évolutions qui rythment le secteur de la construction. Tournée vers l’avenir, notre société spécialisée dans le bâtiment a toujours eu à cœur de s’inscrire dans une logique qualitative et respectueuse du monde qui l’entoure.

Suite aux réflexions croisées présentées pendant le Grenelle de l'environnement qui a eu lieu en automne 2007, La France est entrée dans une nouvelle ère où l'écologie se place au cœur de toutes les préoccupations. Moyens et axes de développement ont ainsi été mis en œuvre en vue d'appliquer au mieux les orientations retenues lors de cette rencontre. C’est par exemple le cas du renforcement de la nouvelle réglementation thermique qui impactera bientôt chacun des nouveaux bâtiments construits (individuels et collectifs), et que la SCABB s’applique déjà à mettre en place.

Dans les faits, cette volonté commune de réorientation des pratiques énergétiques en France s’est traduit par le vote de deux lois intitulées “Grenelle I et II”. Elles sont en quelque sorte une base de référence pour toutes les normes et mesures actuelles qui visent à donner vie à cette politique énergétique française, à l’image des principes liés à la réglementation thermique RT2012.

RT2012 : construire une maison éco-conçue

Au travers de sa mutation, et en accord avec le quatrième article de la loi Grenelle I, la RT2012 vise à réduire la consommation d’énergie primaire d’un bâtiment neuf en y imposant un seuil limite maximal de 50 kWhEP/m2/an. Si la SCABB, votre spécialiste de la construction de maison a déjà intégré ce facteur au travers de ses réalisations, on sait que la nouvelle réglementation tend également vers :

  • Une amélioration des technologies employées pour toutes les filières du bâti ainsi que pour les équipements
  • Une haute performance énergétique du bâtiment, indépendamment des systèmes de production d’énergie
  • Une cohésion technique et financière entre les systèmes énergétiques mis en place pour le chauffage et l’ECS (Eau Chaude Sanitaire)

C’est donc au regard de ces différents objectifs que la RT2012 a été élaborée à partir de l’été 2008. Plusieurs groupes de travail constitués d’experts se sont réunis en fonction de leurs domaines professionnels afin de débattre et d’instituer les contributions envisagées, par chaque profession, pour répondre au mieux aux exigences de la nouvelle réglementation thermique.

Durant près de deux ans, les travaux de réflexion se sont affinés en étant présentés de manière ponctuelle aux différents organismes concernés. Le 19 février 2010, la DHUP (en charge de l’organisation des groupes de travail) a ainsi pu faire la lumière sur l’impact positif du renforcement de la réglementation sur le plan technique, financier, énergétique et bien sûr, environnemental. Les orientations retenues ont ensuite été consolidées par le Ministère du développement durable lors de la finalisation de la loi Grenelle II.

La RT2012 s’applique donc aux permis de construire :

  • À partir du 28 octobre 2011 pour certaines constructions neuves du secteur tertiaire (structures scolaires, bureaux, crèches...) et les habitations construites en zone de rénovation urbaine ANRU.
  • À partir du 1er janvier 2013 pour toutes les autres constructions neuves à usage d’habitation (maison individuelle ou mitoyenne, résidences universitaires, foyers de jeunes travailleurs...).

Les 3 critères de la MAISON RT2012

Pour la SCABB, votre constructeur de maisons individuelles implanté dans l’Allier, du Puy de Dôme et de la Saône et Loire, la nouvelle réglementation thermique est avant tout animée par la recherche d’objectifs à atteindre. Elle comporte donc des obligations de moyens et de résultats :

Efficacité énergétique de la structure

Le coefficient “Bbiomax” définit l’efficacité énergétique d’une construction neuve, en fonction de ses besoins bioclimatiques. Afin d’en respecter ses conditions, le bâtiment doit être conçu et optimisé en vue de limiter ses besoins en énergie pour des fonctions comme le chauffage, le refroidissement ou encore l’éclairage (sans prendre ne compte les systèmes de production). En clair, plus la structure permet d’éviter le recours aux systèmes de production d’énergie, plus elle est jugée efficace sur le plan énergétique.

Limitation de la consommation d’énergie du bâtiment

Le coefficient “Cepmax” correspond à la valeur maximale d’énergie primaire qu’un bâtiment est en droit de consommer sur une année. Fixée à 50 kWhEP/m2/an, elle concerne donc le chauffage, l’ECS, l’éclairage et les auxiliaires que sont par exemple pompes et ventilateurs. Cette valeur varie ensuite en fonction de la situation géographique du bâti, de son altitude ou de son usage. De plus, cette exigence impose un recours à des équipements fonctionnant grâce aux apports énergétiques naturels (panneaux solaires...)

La notion de confort d’été

Selon les normes de la Réglementation Thermique 2012, un bâtiment doit permettre d’assurer un certain confort à ses habitants en été, sans faire automatiquement l’usage d’un système de refroidissement. De ce fait, le texte impose un seuil de température à ne pas dépasser au cours d’une séquence de 5 journées chaudes.

Source